Icône du Christ Sauveur

     « Ce que l’Evangile nous dit par la Parole, l’icône nous le montre et nous le rend présent. »[1] Ainsi, tout dans l’icône –couleurs, représentations, symboles- a un sens profond.

     L’icône par excellence est celle du Christ, « image du Dieu invisible »[2]. L’Incarnation est le fondement de l’icône. « Toute l’icône parle d’un Dieu fait Homme afin que l’homme devienne Dieu ». En effet, depuis que Dieu a « assumé la chair et la matière dans l’Incarnation, depuis que celles-ci ont été transfigurées dans la lumière de la Résurrection et ont été élevées à la participation à la vie divine dans l’Ascension »[3], nous pouvons représenter son image.

 

     La représentation du visage du Christ trouve son origine dans l’icône du Christ archeiropoïète, ce qui signifie « non fait de main d’homme », connue en Occident sous le nom de Sainte-Face. Selon la tradition reçue de Byzance, Agar, roi d’Edesse, voulut avoir un portrait du Christ. Le Seigneur pressa son visage sur un tissu qu’il remit aux envoyés d’Agar et cette image miraculeuse « non faite de main d’homme » constitue le témoignage direct et matériel de l’Incarnation du Verbe (notons la ressemblance du visage du Christ tel qu’il est représenté sur les icônes avec celui que nous voyons sur le Suaire de Turin).

 

     Cette icône est une variante du type iconographique du Christ Pantocrator (« Seigneur de l’univers »), représentant le Christ tenant un rouleau ou un livre de la main gauche, et bénissant de la main droite. Elle se concentre sur le visage du Christ qu’elle représente comme le visage miséricordieux du Père. Jésus dit en effet à Philippe : « Qui me voit, voit le Père »[4]

 

     Le nimbe doré (auréole) signifie la sainteté : l’or symbolise le ruissellement de lumière divine en celui qui vit dans l’intimité de Dieu. Pour le Christ, le nimbe est crucifère : marqué du signe de la croix, et des lettres grecques signifiant le nom divin révélé à Moïse : « Celui qui est ». Les lettres IC-XC sont le monogramme du Christ.

Le Christ porte une tunique rouge symbolisant sa nature divine, et un manteau bleu symbolisant sa nature humaine, unies dans une seule Personne.

 

[1] IVe Concile œcuménique de Constantinople, 870

[2] Col 1, 15

[3] Michel Quenot, L’Icône, fenêtre sur le Royaume

[4] Jn 14, 9

Explication de l'icône du Christ Sauveur

 « Le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire… »

Evangile selon saint Jean 1, 14 

 

 

« Qu’est-ce que Jésus a vraiment apporté, s’il n’a pas apporté la paix dans le monde, le bien-être pour tous, un monde meilleur ?

La réponse est très simple : Dieu. Il a apporté Dieu. Il a apporté le Dieu dont la face s’est lentement et progressivement dévoilée depuis Abraham jusqu’à la littérature sapientielle, en passant par Moïse et les prophètes –le Dieu qui n’avait montré son vrai visage qu’en Israël et qui avait été honoré dans le monde des gentils sous des avatars obscurs- c’est ce Dieu-là, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu véritable qu’il a apporté aux peuples de la terre.

Il a apporté Dieu ; dès lors, nous connaissons sa face, dès lors nous pouvons l’invoquer. Dès lors, nous connaissons le chemin que, comme hommes, nous devons emprunter dans ce monde. Jésus a apporté Dieu et avec lui la vérité sur notre origine et notre destinée ; la foi, l’espérance et l’amour. »

Benoît XVI, Jésus de Nazareth p. 64

 

 

 

« Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle. »

Evangile selon saint Jean 3, 16

 

 

« En réalité, le mystère de l’homme ne s’éclaire vraiment que dans le mystère du Verbe incarné… Nouvel Adam, le Christ, dans la révélation même du mystère du Père et de son amour, manifeste pleinement l’homme à lui-même et lui découvre la sublimité de sa vocation. »

Vatican II, Const. Gaudium et spes 22

 

 

« Le Dieu qu’il est, je vis qu’il est Homme, qu’il ne s’étonne point des faiblesses des hommes, qu’il comprend notre misérable nature, sujette à tomber souvent, du fait du péché qu’il est venu réparer. Bien qu’il soit Seigneur, je puis le traiter en ami. »

Sainte Thérèse d'Avila, Autobiographie

 

 

« Ecoute bien ! celui qui a dit : « Entrez par la porte étroite » a dit également : « Je suis le chemin. Entre par moi. Ne cherche pas d’autre chemin. Je suis la porte ! Ne cherche pas de tous côtés. Tu trouveras tout en Celui qui, pour toi, s’est fait tout. Sois humble ! Ne désespère pas ! Viens au Fils, Il te révèlera le Père ! »

Saint Augustin

 

 

« Dans cette poignée de terre que nous sommes, réside une âme immortelle qui tend vers Dieu, parfois sans le savoir ; même si elle ne parvient pas à bien le concevoir, cette âme ressent cette profonde nostalgie de Dieu et désire son Dieu de toutes ses forces, alors même qu'elle le nie.

Ce mouvement irrésistible vers Dieu, ce désir puissant, cette insondable nostalgie, Dieu Lui-même a voulu que nous puissions les fixer concrètement sur la personne du Christ, qui fut sur cette terre un homme de chair et de sang, comme nous. Dieu a voulu que cet amour fondamental qui est en nous prenne la forme d'un amour envers un Dieu fait Homme, qui nous connaît et nous comprend parce qu'Il nous a créés à son image ; qu'il prenne la forme d'un amour pour le Christ Jésus, qui maintenant et pour l'éternité vit, avec son visage tellement aimable, son coeur aimant, ses mains et pieds transpercés, son côté ouvert, parce que c'est bien le même Jésus-Christ, hier et aujourd'hui, et dans les siècles des siècles.

Eh bien, ce Jésus qui est Dieu parfait et Homme parfait, qui est le Chemin, la Vérité, la Vie, qui est Lumière du monde, le Pain de vie, peut devenir notre ami si nous le voulons bien. Ecoute saint Augustin qui le rappelle avec son intelligence lumineuse et la profonde expérience de son coeur : je pourrais être ami de Dieu si je le voulais bien !

Mais il nous faut, pour arriver à ce degré d'amitié, nous approcher de Lui, Le connaître, L'aimer. L'amitié de Jésus est une amitié qui mène très loin ! Nous y trouverons le bonheur et la sérénité, nous saurons toujours nous comporter selon un jugement droit, nous prendrons le chemin de la maison du Père, et nous serons chacun un autre Christ ; car c'est bien pour cela que Jésus s'est fait homme. Dieu s'est fait Homme pour que l'homme devienne Dieu."

Salvatore Canals, Dieu est parmi nous

Prière devant l"icône du Christ Sauveur

Comprendre

Prier

Une oeuvre d'art est protégée par le droit d'auteur. Toute reproduction, partielle ou totale, des icônes présentées sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur.

  • Twitter Metallic
  • s-facebook