Prier

Comprendre

Icône de la Vierge de tendresse (Vierge de Vladimir)

     « Ce que l’Evangile nous dit par la Parole, l’icône nous le montre et nous le rend présent. »[1] Ainsi, tout, dans l’icône, a un sens profond.

 

     L’Incarnation est le fondement de l’icône, et les icônes de la Mère de Dieu manifestent que « la place de la Vierge Marie est au centre de l’histoire du salut. En fait, la Providence divine, respectant la liberté des créatures, ne pouvait pas trouver son plus haut accomplissement dans l’Incarnation du Fils de Dieu avant que la Vierge Sainte n’ait consenti à ce que « le mystère resté caché depuis les siècles et les générations » (Col 1, 26) se réalise en elle, faisant d’elle la Mère de Dieu. »[2]

 

     La tradition reconnaît en saint Luc le premier iconographe de la Vierge à l’Enfant. Dans son évangile, saint Luc ne cesse de méditer sur le mystère du Christ et de Marie. En portant son Fils dans ses bras, la Vierge, qui « gardait toutes ces choses dans son cœur » (Lc 2, 19) médite toutes les paroles qu’elle a entendues : celles des bergers et des mages, et celles de Syméon, lui dévoilant, au Temple de Jérusalem, que son Enfant sera un signe de contradiction et qu’elle-même sera transpercée par un glaive.

Dans le modèle de la Vierge de Vladimir, l’Enfant regarde sa Mère, tandis que Marie nous regarde. Celui qui contemple l’icône est invité à entrer dans un dialogue silencieux de prière et d’amour entre le Christ et sa Mère et, avec eux, dans la méditation des Ecritures.

 

     Le regard de la Vierge est grave, presque douloureux ; à travers elle, l’Eglise relit la vie du Christ-Enfant à la lumière pascale : « La lumière est entrée dans les ténèbres. Il est venu chez lui, et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1, 11).

La Vierge nous présente avec tendresse son Fils, cet enfant innocent qui, pressentant déjà le refus des ténèbres, dit : « Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté » (Ps 39). Elle nous le donne comme si elle le livrait, dans sa petitesse et sa vulnérabilité, à notre liberté. « Son geste peut s'interpréter à la fois comme une désignation : elle montre le Sauveur ; comme une prière : elle intercède auprès de lui en faveur du genre humain ; comme une offrande : elle participe au don que l'Enfant fait de sa vie. » [3]

 

     Le nimbe doré (auréole) des personnages signifie la sainteté : l’or symbolise le ruissellement de lumière divine en celui qui vit dans l’intimité de Dieu. Pour le Christ, le nimbe est crucifère : marqué du signe de la croix, et des lettres grecques signifiant le nom divin révélé à Moïse : « Celui qui est » (Ex 3, 4).

Auprès de Jésus les initiales de son Nom « Jésus-Christ » IC XC sont inscrites en grec.

Il se manifeste dans sa double nature, humaine et divine. Comme tous les petits enfants, Jésus a dû tant aimer sa maman ! Il se blottit contre Elle dans un geste d’infinie tendresse, mais en même temps il la console et la réconforte. Les gestes affectueux de la Mère et de l’Enfant témoignent de l’amour humain réciproque. Cependant tout sentiment humain dans une icône est transfiguré. Avec sobriété, l’icône décrit le bouleversant amour fou de Dieu pour l’homme, et la réponse de l’homme à Dieu, la rencontre entre l’homme et Dieu. La compassion de Marie pour son Enfant se transforme en amour maternel qui saisit toute la création et embrasse toute créature : ainsi est soulignée l’intercession perpétuelle de Marie pour toute l’humanité pour laquelle son Fils se sacrifie volontairement : « Voici ta mère » (Jn 19, 27). Marie est, pour nous, la toute-puissance suppliante. 

 

     L’icône est peinte sur un fond lumineux signifiant la présence de Dieu. Le ton «argile» de la robe de l’Enfant-Jésus symbolise la nature humaine qu’Il assuma pour notre salut, tandis que le modelé or souligne sa divinité (ces fins traits d’or sont appelés assist, l’or symbolisant la lumière divine). La couleur pourpre du manteau et du voile (maphorion) de la Vierge indique la royauté donnée à la servante du Seigneur. Elle symbolise aussi l’amour divin qui a revêtu Marie. Le ton bleu de sa robe et de son bonnet peut évoquer la sagesse et la fidélité. Les étoiles qui brillent sur son front et sur ses épaules marquent l’éclat de sa virginité. Les initiales grecques MP OU la désignent comme Mère de Dieu, nom dont elle fut désignée au Concile d’Ephèse en 431.

 

     « Ainsi l'icône de la Mère de Dieu fait-elle participer celui qui la contemple au mystère de la tendresse divine. » [3]

 

 

 

[1] IVe Concile œcuménique de Constantinople, 870

[2] Vladimir Lossky, Le sens des icônes

[3] Colette Nys-Mazure, Eliane Gondinet-Wallstein, Célébration de la Mère, regards sur Marie

Explication de l'icône de la Vierge de tendresse - Vierge à l'Enfant 

« J’ai découvert un Dieu qui se manifestait dans le regard de l’enfant. Le Dieu de Jésus qui est petit. Un Dieu qui veut –cela peut vous paraître bizarre !- qu’on le prenne dans ses bras. Dans nos bras. Un Dieu humble. C’est aussi ce texte du livre de l’Apocalypse : « Je me tiens à la porte et je frappe, celui qui entend et qui m’ouvre, j’entre pour devenir son ami » (3, 20). Ce Dieu qui ne s’impose pas, qui attend. Qui dit à Marie : « Tu vas devenir la Mère du Sauveur », et qui a besoin qu’elle dise oui. Un Dieu qui se soumet à notre liberté. Plus j’avance, plus je suis touché par cette petitesse de Dieu qui dit : « J’ai besoin que tu m’aimes. »

Jean Vanier

 

 

« Salut, ô Reine, Mère de miséricorde ; notre vie, notre douceur, notre espérance, salut !

Enfants d’Eve exilés, nous crions vers vous.

Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.

Ô vous, notre avocate, tournez vers nous vos regards miséricordieux.

Et après cet exil, montrez-nous Jésus, le fruit béni de vos entrailles,

ô clémente, ô miséricordieuse, ô douce Vierge Marie. »

Antienne mariale Salve Regina

 

 

« Marie est la demeure vivante de Dieu. En elle demeure le Seigneur, en elle il trouve le lieu de Son repos. Elle est la maison vivante de Dieu, qui n'habite pas dans des édifices de pierre, mais dans le coeur de l'homme vivant. Elle est le germe qui, dans la sombre nuit d'hiver de l'histoire, jaillit du tronc abattu de David. En elle s'accomplit la parole du Psaume : "La terre a donné son fruit." (67, 7). Elle est le surgeon duquel dérive l'arbre de la rédemption et des rachetés. 

Dieu n'a pas essuyé un échec, comme il pouvait sembler au début de l'histoire avec Adam et Eve, ou bien au cours de l'exil à Babylone, et comme il semblait à nouveau à l'époque de Marie, quand Israël était devenu un peuple sans importance dans une région occupée, avec bien peu de signes reconnaissables de sa sainteté.

Dieu n'a pas failli. Dans l'humilité de la maison de Nazareth vit l'Israël saint, le reste pur. Dieu a sauvé et sauve son peuple. Du tronc abattu ressurgit à nouveau son histoire, devenant une nouvelle force vive qui oriente et envahit le monde. Marie est l'Israël saint ; elle dit "oui" au Seigneur, se met pleinement à sa disposition et devient ainsi le temple vivant de Dieu. »

Benoît XVI, 8 décembre 2005

Prière devant l'icône de la Vierge de tendresse - Vierge à l'Enfant

Une oeuvre d'art est protégée par le droit d'auteur. Toute reproduction, partielle ou totale, des icônes présentées sur ce site est interdite sans l'autorisation de l'auteur.

  • Twitter Metallic
  • s-facebook